mercredi 21 septembre 2011

Fragments d'enfance - 38

Nous accrochons les rênes, les selles, au mur d'une remise. Odeur de cuir et de graineterie. Des sacs de pain rassis, de pommes, de carottes... La paille et le foin, entreposés au dessus de nos têtes. Je m'empare des étrilles. Nous pansons les chevaux. Retirons la crotte sous leurs sabots, démêlons leurs crinières.
La rampe, à pas mesurés : nous conduisons les bêtes aux écuries. Ce froid piquant, le souffle des haleines... Hedieehhh ! Herp ! Herp ! Ainsi le Parfumeur s'adresse à ses chevaux. Je remplis un seau, au tuyau d'arrosage. Dans un autre seau, mon grand frère verse les croquettes – odeur d'herbe sèche, nuage de poussière.
Les soubresauts d'une dernière brouette de foin. Des raclement de mâchoires, d'une fourche sur le ciment... Les chevaux aux boxes, le Parfumeur range son outillage. Dans quelques minutes, du crottin plein les guêtres, il s'écrira : Allez ! On va prendre le thé.

Aucun commentaire: